Jan 212015
 
VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce billet
Rating: 9.0/10 (1 vote cast)

La gratuité appauvrit

 

Dans les pays développés, il est d’usage de mesurer la pauvreté en déterminant le pourcentage d’individus vivant avec moins que 50 ou 60% du revenu médian. Sur la base de cette définition qui fait actuellement référence de tous bords, on constate que beaucoup d’idées reçues et fausses sont répandues.

Voici 10 questions qui mettent en évidence des défauts de logique souvent rencontrés dans la population. Je vous propose de tester vos connaissances :

 

Les 10 Questions

 

1/ Quand un pays s’enrichit, la pauvreté recule.

2/ La pauvreté augmente si les très riches s’enrichissent plus que le reste de la population.

3/ Le nombre de pauvres diminue si les riches s’exilent.

4/ L’augmentation des dépenses publiques diminue la pauvreté.

5/ Les aides de l’État et des collectivités aux individus diminuent la pauvreté.

6/ Appauvrir les riches diminue la pauvreté.

7/ Redistribuer l’argent des riches diminue la pauvreté.

8/ Appauvrir la classe moyenne diminue la pauvreté.

9/ Redistribuer l’argent de la classe moyenne diminue la pauvreté.

10/ Dans certains pays, plus de 75% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

 

Alors,  VRAI  ou FAUX ?

 

 

 

Les réponses, ci-après:

 

 

 

Les réponses

 

1/ Quand un pays s’enrichit, la pauvreté recule.

FAUX

Si l’on suppose que tous les revenus augmentent de façon proportionnelle, l’enrichissement du pays est sans effet sur la pauvreté. En effet, le revenu médian qui sert de référence augmente également, et la proportion de personnes ayant moins de 50% du revenu médian sera donc identique.

 

2/ La pauvreté augmente si les très riches s’enrichissent plus que le reste de la population.

FAUX

La proportion de population pauvre d’un pays ne dépend pas du niveau de richesse de la moitié de la population la plus riche. Les revenus des plus riches peuvent doubler, la proportion de population pauvre et le niveau de pauvreté de cette population ne changeront pas.

 

3/ Le nombre de pauvres diminue si les riches s’exilent.

VRAI

Si les riches s’exilent, ils sortent des statistiques. Par conséquent, le revenu médian va se déplacer vers les revenus les plus faibles et le nombre de pauvre va diminuer sans changement de leurs revenus. En revanche la proportion de pauvres peut évoluer dans l’un ou l’autre sens selon la répartition des revenus dans la moitié de la population aux plus faibles revenus.

 

4/ L’augmentation des dépenses publiques diminue la pauvreté.

FAUX

La valeur des services dont bénéficie la population ne dépend quasiment pas du niveau de pauvreté des individus. Ainsi, le coût de scolarité gratuite (payée par l’état) sera le même pour un enfant de riche ou de pauvre. Le service étant gratuit, il n’entre pas dans les revenus. Les revenus de tous sont donc artificiellement diminués du montant du service gratuit. Le coût relatif de ces services est proportionnellement plus élevé rapporté aux revenus d’un ménage pauvre plutôt qu’à ceux d’un ménage riche. Le ménage pauvre apparaît par conséquent plus pauvre qu’il ne l’est sans comptabiliser ces dépenses publiques dans ses revenus.

 

5/ Les aides de l’État et des collectivités aux individus diminuent la pauvreté.

VRAI et FAUX

Seules les aides qui sont comptabilisées dans les revenus des plus pauvres diminuent la part de population sous le seuil de pauvreté. Les aides non comptabilisées (tarifs sociaux, accès prioritaires, cotisations dégressives,…) ne sont pas comptabilisées dans les revenus et augmentent artificiellement le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

 

6/ Appauvrir les riches diminue la pauvreté.

FAUX

Appauvrir les riches sans redistribuer les richesses aux plus pauvres ne diminue pas la pauvreté puisque la répartition des revenus des 50% les plus pauvres de la population ne sera pas changée.

 

7/ Redistribuer l’argent des riches diminue la pauvreté.

VRAI et FAUX

Si une partie des revenus des plus riches est intégralement redistribué aux plus pauvres, il y aura nécessairement une diminution du taux de pauvreté de la population. Mais si l’argent prélevé est destiné en partie à un autre usage, on peut observer une accentuation de la pauvreté. C’est notamment le cas si l’argent est utilisé aux fins suivantes:

– aides sociales non comptabilisées comme revenus (5/ ci-dessus)

– distribution de revenus à ceux qui ne sont pas les plus pauvres (classe politique, fonctionnaires,…)

– dépenses de l’état sans création de richesse (rond-points, embellissements, intérêts de dette, guerres, …)

 

8/ Appauvrir la classe moyenne diminue la pauvreté.

FAUX

Si la classe moyenne fait partie des 50% de la population la plus riche, ce qui est le cas en France, appauvrir la classe moyenne sans redistribuer les richesses aux plus pauvres ne diminue pas la pauvreté puisque la répartition des revenus des 50% les plus pauvres de la population ne sera pas changée (voir 6/ ci-dessus).


9/ Redistribuer l’argent de la classe moyenne diminue la pauvreté.

VRAI et FAUX

Les explications sont identiques à celles de la réponse 7/. La classe moyenne française étant un peu plus nombreuse que les riches, l’effet de la redistribution est plus large.

 

10/ Dans certains pays, plus de 75% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

FAUX

Il ne peut y avoir plus de 50% de la population sous le seuil de pauvreté, car l’indicateur ne prend en considération que les 50% d’individus les plus pauvres de la population.

 

 

Conclusion

J’ai déjà expliqué dans de précédents billets (ici et ) l’incohérence de cet indicateur qui ne mesure que l’inégalité de revenu parmi la population la moins riche.

De plus, l’actualité nourrie par une étude (un peu partiale) sur la pauvreté dans le monde montre que cette dernière devient de plus en plus une notion teintée idéologiquement.

Il faudrait commencer par s’entendre sur une équivalence entre patrimoine et revenu, mission quasi impossible, pour pouvoir juger de la pauvreté avec une certaine objectivité.

 

 

 

Pauvreté : en finir avec les idées reçues, 9.0 out of 10 based on 1 rating

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)