Déc 302015
 
VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce billet
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)

Rien ne va plus.

J’avais fait en avril 2013 (lien) un calcul du taux de chômage rapporté à la population active réellement concernée par le chômage.

La situation s’étant fortement dégradée, il était intéressant de faire une mise à jour de mon analyse avec les nouvelles statistiques de Pôle emploi.

Les annonces officielles

Tout d’abord, effet communication « inversion de la courbe de chômage », le taux de chômage « officiel » n’est plus annoncé. Exit les taux de chômage de 10% ou plus. Alors qu’il était encore officiellement mentionné dans les publications au printemps 2013, pour un taux de 10.2% pour 3 224 600 chômeurs (exemple), ce taux n’est plus dans les statistiques et seules des variations peu compréhensibles sont annoncées par Pôle emploi :

Nombre de chômeurs - Chiffres à fin novenbre 2015 - Source Pôle emploi

Nombre de chômeurs – Chiffres à fin novenbre 2015 – Source Pôle emploi

Même le nombre total de chômeurs (avec DOM TOM) ne figure pas dans le tableau récapitulatif.

Les journalistes semblent également fâchés avec leurs calculatrices et sont incapables de calculer ce taux, même tronqué (Le MondeFrance Inter, Libération, Le Figaro, etc.).

 

Les chiffres officiels

Le taux de chômage français le plus utilisé pour les communications officielles (catégorie A, hors DOM TOM) correspond à la population de chômeurs  la plus réduite et travestit la situation. Ce choix tronque la situation et nous allons reconstituer les vrais chiffres.

Les chiffres complets existent et sont disponibles ici (détails de janvier 1996 à novembre 2015). En voici la synthèse sur le quinquennat en cours:

Evolution du nombre de chômeurs entre 2012 et 2015 Source Pôle emploi

Evolution du nombre de chômeurs entre 2012 et 2015
Source Pôle emploi

Avant d’aller plus loin, ce tableau appelle les commentaires suivants:

  • Globalement le chômage croît constamment sur le quinquennat en cours. Environ +19% sur 3 ans et demi.
  • La catégorie A France métropolitaine représente 55% seulement de l’ensemble des chômeurs, de façon constante sur la période.
  • Le traitement comptable du chômage est efficace puisque la catégorie A, la plus visible, augmente moins vite que les autres (2,5% vs 4,9%).
  • Paradoxalement, le chômage est stable dans les DOM. Cette curiosité mériterait une explication. Peut-être parce que le chômage est double de celui de la métropole.

 

Le calcul du taux de chômage

Le calcul du taux de chômage nécessite de connaître le nombre d’actifs. Le site de l’Insee arrête sa comptabilisation à 2013. Une extrapolation des 5 précédentes années donne une augmentation annuelle de 0.4% (+115000/an), soit 28 560 000 actifs pour 2015 (France métropolitaine).

Par conséquent, 3 574 800 demandeurs d’emploi de catégorie A rapportés à 28.56 millions d’actif, cela donne un taux de chômage en France métropolitaine de:

12,5%.

 

Le nombre de chômeurs annoncé est sous-estimé

L’existence des catégories de chômeurs A B C D et E est connue de tout le monde.

Un chômeur d’une catégorie restant un chômeur, pourquoi ne garder que la catégorie A comme taux le plus médiatisé,  si ce n’est pour adoucir les chiffres ?

Taux de chômage total France métropolitaine

Taux de chômage total France métropolitaine

 

Ainsi, avec 6,143 millions de chômeurs, le taux de chômage total en France métropolitaine, rapporté à l’ensemble de la population active est de:

21,5%

soit quasiment le double du taux habituellement annoncé.

En passant, il est intéressant de considérer également les statistiques éloquentes incluant les DOM:

Comparatif taux de chômage France métropolitaine vs DOM

Comparatif taux de chômage France métropolitaine vs DOM

 

Les exclus des chiffres du chômage

Beaucoup de chômeurs ne sont pas comptabilisés dans les chiffres officiels. On notera notamment:

  • Ceux qui n’ont plus de droits et qui n’ont pas d’intérêt à s’inscrire, évitant ainsi beaucoup de tracas administratifs sans contrepartie.
  • Les retraités anticipés
  • les emplois aidés qui représentaient 4,7% du total des emplois fin 2013 (source Insee), soit trois fois plus que les catégories D et E qui sont censées les regrouper. Ces « emplois » sont, pour une grande partie, comme chacun le sait, un traitement administratif du chômage sans logique de long terme si ce n’est un effort de réinsertion sociale.

Il est difficile d’estimer combien cela représente, peut-être entre un à trois millions d’actifs, peut-être plus.

 

Le chômage ne concerne pas l’intégralité de la population active

Le taux de chômage est une division de deux termes. Nous avons regardé ci-dessus le terme divisé, le nombre de chômeurs, mais le terme diviseur, le nombre d’actifs pouvant être au chômage doit également être vérifié et corrigé.

Notamment, incorporer les fonctionnaires dans la population active concernée par le chômage déforme les statistiques du chômage. En effet, le statut des fonctionnaire les protège de ce risque grâce à l’emploi « à vie ». Ce serait comme si on rapportait le taux de cancer du sein à la population hommes et femmes, ce qui ne se fait jamais.

Un argument pour exclure les fonctionnaires de ces statistiques est qu’ils n’ont pas de cotisation chômage. D’ailleurs, pour les personnes qu’il emploie en CDD, l’état s’auto-assure.

En effet, considérant que l’assurance chômage n’est pas une véritable assurance (on ne cotise pas en fonction du risque réel, sinon les emplois peu qualifiés auraient des cotisations bien plus importantes), il serait logique que les fonctionnaires participent à l’effort national.

 

Le véritable taux de chômage

Quel serait le calcul honnête du véritable taux de chômage ?

  • Exclure les 5,6 millions de fonctionnaires (21% des actifs) de l’assiette
  • Intégrer les DOM TOM, qui font partie de la France
  • Intégrer toutes les catégories B à E.

 

Ce qui donne:

Calcul du taux de chômage réel des actifs à risque (11/2015)

Calcul du taux de chômage réel des actifs à risque (11/2015)

(Source données de population pour France métropolitaine et DOM)

Le taux de chômage réel est par conséquent de:

27,3%

 

Ce taux est en fait un taux minorant. Si l’on ajoute entre 1 et 3 millions de chômeurs sortis des statistiques comme expliqué ci-dessus, Les chiffres deviennent :

Calcul du taux de chômage réel estimé des actifs à risque (11/2015)

Calcul du taux de chômage réel estimé des actifs à risque (11/2015)

Un million de chômeurs sortis des statistiques est un chiffre absolument pas exagéré. Par conséquent, il est parfaitement réaliste de considérer que le taux de chômage réel en France est supérieur à 30%.

 

Les conclusions du précédent billet de 2013 sont toujours valides, notamment à propos du partage de ce chômage et de son coût devenu exorbitant pour ceux qui créent les richesses dans le privé.

 

Le taux réel du chômage est supérieur à 30%, 10.0 out of 10 based on 1 rating

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)